accueil | contactez-nous! | recherche

Les concepts

Les concepts liés au territoire région et à l'énergie

Ces définitions s'adressent d'abord aux enseignants

 

Le territoire région
L'énergie

Aménagement

Le concept d'aménagement possède des définitions multiformes tout en « correspondant le plus souvent à la volonté de corriger les déséquilibres d'un espace national ou régional », selon le Dictionnaire de géographie.

Il est évident que le rapport d'espace dominant à espace dominé peut avoir des incidences sur les avenues choisies lors de l'aménagement d'un territoire. Les choix politiques ont donc une importance cruciale. Cependant, il faut s'avouer que tout aménagement est un choix politique qui découle d'un rapport. Décoder comment ce rapport s'exerce dans la réalité est la pierre angulaire, comme dans les exemples suivants : les régions envers les métropoles, les régions envers les autres régions, etc. Les choix concernant les infrastructures régionales ou nationales à construire, à planifier, découlent également de ce rapport.

Commercialisation

Définition de commercialisation, selon l'Office québécois de la langue française : « Opération de mise sur le marché d'un bien ou d'un service ». Le mot commercialisation est dérivé de commerce, qui signifie « opération qui a pour objet la vente d'une marchandise, d'une valeur, ou l'achat de celle-ci pour la revendre après l'avoir transformée ou non ». (Le Petit Robert)

La pêche aux homards, Pasbébiac, Gaspésie

Matériel graphique faisant parti du domaine publicSource : Diane Coll, Le monde en images.

Au sein d'un contexte régional, dans un rapport d'échange entre les périphéries et les grands centres, comment s'exercent les échanges commerciaux? Si une région est considérée comme une région-ressource, est-ce que les échanges sont équitables, surtout si les décisions sont prises dans les grands centres? L'iniquité des échanges entraîne-t-elle une braderie du prix des ressources? Les ressources sont-elles transformées dans les régions ou sont-elles puisées et exportées vers les grands centres? Les régions profitent-elles de cette façon de la valeur des ressources qu'elles possèdent dans les échanges commerciaux? Dans cette perspective, comment le tourisme ou l'exploitation forestière, des assises souvent importantes de l'économie régionale, permettent à une région de tirer sa juste part dans les échanges commerciaux?

Mondialisation (et globalisation)

Définition de mondialisation, selon l'Office québécois de la langue française : « Processus d'intégration des marchés résultant de la libéralisation des échanges, de l'expansion de la concurrence à l'échelle planétaire et des retombées des technologies de l'information et de la communication ». Certains auteurs utilisent le terme de globalisation. L'expression globalisation contient l'idée selon laquelle le marché mondial s'unifie et qu'il doit être considéré comme un tout.

Cependant, le Dictionnaire de géographie utilise le terme globalisation dans une définition qui la distingue de mondialisation : « La globalisation (…) constitue l'étape ultime de la mondialisation industrielle avec un marché planétaire, une stratégie mondiale et des réseaux d'information et de communication qui ignorent les frontières » (p. 203-204).

Dans un contexte de mondialisation et de globalisation, quelle est la place des régions? Des satellites économiques, des grands centres, des régions-ressources destinées à alimenter des hypermarchés économiques où les décisions relevant du devenir économique régional y sont prises?

Multinationale

Une multinationale est, selon l'Office québécois de la langue française, une : « Société industrielle ou commerciale qui possède des implantations dans plusieurs pays. Ces sociétés (…) semblent être un moyen de passer outre, sur bien des points, à l'autorité des États. Ainsi, elles peuvent faire franchir les frontières aux biens et capitaux par des transactions internes qui ne servent pas toujours les besoins économiques du pays ou des pays en cause, mais plutôt les intérêts fiscaux et financiers de la compagnie ».

En concevant la rentabilité sur le plan mondial, plutôt que national ou régional, et en centralisant le processus de décision à leur siège international, ces compagnies tendent à enlever toute valeur aux relations industrielles établies aux niveaux nationaux. Elles ont aussi contribué à la dispersion des lieux de production, profitant de la présence de matières premières dans les régions où les ressources sont utilisées souvent au profit des multinationales, d'une main-d'œuvre nombreuse et bon marché, ou d'avantages fiscaux (Dictionnaire de la géographie, p.100)

Il est important, dans cette perspective, de mettre en lumière le rôle des régions où les ressources sont utilisées au profit des multinationales. Reçoivent-elles leur juste part des choses? Ne sont-elles devenues que des lieux où les ressources sont puisées, sans qu'elles ne puissent en tirer un bénéfice?

Ressource

Le mot ressource est souvent accompagné du mot naturelle. Produites en quantité par un faible nombre de pays, elles engendrent des politiques énergétiques très différentes d'un État à l'autre ; elles constituent un enjeu économique fondamental et peuvent être source de rivalités entre États. L'exploitation croissante des ressources naturelles pose le problème de leur épuisement éventuel.

On peut diviser les ressources naturelles en trois catégories :

  • les ressources non-renouvelables, ou fossiles, constituées d'un stock fini de réserves (…);
  • les ressources renouvelables peuvent se régénérer mais elles peuvent s'épuiser si leur consommation est plus rapide que leur renouvellement. Le bois constitue une ressource renouvelable ; pourtant les besoins sont tels que l'on assiste à une déforestation accélérée;
  • enfin, de nombreuses ressources sont considérées comme inépuisables. Ce sont par exemple l'énergie solaire ou l'énergie éolienne. (Dictionnaire de la géographie, p. 107-109)


Matériel graphique faisant parti du domaine publicSource : Hydro-Québec

Dépendance énergétique

Les sources d'énergie et les ressources naturelles ne sont pas réparties à travers le globe de façon uniforme. Les lieux de consommation ne sont pas toujours près des sources d'énergie. Cette dichotomie entre lieux de consommation et sources d'énergie entraîne des disparités. Certains pays connaissent une certaine dépendance énergétique, soit une consommation énergétique plus élevée par rapport à ce que le territoire national peut produire. Il faut donc trouver des sources d'énergie qui permettent d'assurer une stabilité de la consommation d'énergie tant d'un point de vue industriel que domestique. Ces sources supplémentaires sont souvent à l'extérieur des frontières du pays. Les échanges commerciaux s'engagent : mais est-ce que ces échanges sont équitables? La dépendance énergétique de certains pays peut-elle engendrer des disparités? Comment vont s'inscrire les enjeux qui ont rapport avec l'approvisionnement énergétique? Quel pays exerce le rapport de force le plus efficace : le pays consommateur de l'énergie ou le pays producteur de la source d'énergie?

De plus, certains pays ou régions du monde sont dépendants d'une source d'énergie, mais possèdent en abondance une autre source : le Québec a une dépendance énergétique avec le pétrole, mais possède une abondante source d'énergie hydro-électrique. Comment les rapports commerciaux du Québec dans le domaine de l'énergie s'exercent-ils ainsi?

Autonomie

D'un point de vue philosophique, l'autonomie signifie exercer un contrôle sans référer à une autorité supérieure. Dans le domaine énergétique, il s'agit de combler les besoins d'une région, d'un pays en utilisant les ressources disponibles sur le territoire.

L'autonomie n'est pas synonyme d'autarcie. Une région peut exercer son autonomie en ayant recours à des échanges commerciaux qui permettent de combler certains besoins. D'un point de vue régional, certaines régions alimentent les centres en énergie par l'abondance des ressources disponibles. Elles sont donc autonomes d'un point de vue énergétique. Mais le sont-elles d'un point de vue économique dans les rapports commerciaux exercés entre le centre et ses régions-ressources (par exemple, la Côte-Nord et les les centres urbains du Québec méridional)?

Effet de serre

L'effet de serre est un phénomène naturel tout à fait nécessaire afin d'assurer la vie sur Terre. « L'atmosphère retient (…) la chaleur solaire de la même façon que les parois en matière plastique ou en verre des serres laissent passer la radiation visible, mais retiennent la chaleur. (…) L'effet de serre permet d'équilibrer la température moyenne du globe à un niveau suffisant pour que la majeure partie de l'eau demeure sous forme liquide. Comme la plupart des formes de vie ont absolument besoin d'eau sous forme liquide pendant au moins une partie de leur cycle vital, l'effet de serre est nécessaire au maintien de la vie sur la Terre » (Claude Villeneuve et François Richard, Vivre les changements climatiques, l'effet de serre expliqué, Éditions MultiMondes, 2001, p. 13).

Bien sûr, l'effet de serre explique également pourquoi certaines planètes du système solaire connaissent des températures élevées. Ainsi, la planète Vénus, à cause de la présence abondante de gaz carbonique, connaît des températures avoisinant les 470°C.


Matériel graphique ne pouvant être reproduits sans en demander les droits à l'auteurCrédit CEA

Réchauffement

L'expression « effet de serre » est souvent confondue avec « réchauffement ». Mais, il ne faut pas confondre ces deux termes. « L'effet de serre est un phénomène physique propre à la matière. L'homme ne peut modifier le principe de l'effet de serre, mais il contribue, en modifiant la composition de l'atmosphère, à augmenter la quantité d'énergie retenue par elle. C'est pourquoi nous devrions parler de réchauffement global de l'atmosphère terrestre, plutôt que d'effet de serre, pour désigner le phénomène de déséquilibre climatique » (Claude Villeneuve et François Richard, Vivre les changements climatiques, l'effet de serre expliqué, Éditions MultiMondes 2001, p. 13-14).


Matériel graphique faisant parti du domaine publicSource : UNEP/GRID-Arendal, http://www.grida.no/climate/ipcc_tar/

Les causes et les responsables des changements climatiques
« Les principales sources identifiables de gaz à effet de serre sont la combustion des carburants fossiles, la déforestation, l’industrie du béton, la sidérurgie, le gaspillage énergétique, les transports et l’élevage de cheptels bovins ». Pour en savoir plus sur les types d'émissions (Wikipedia).


Matériel graphique faisant parti du domaine publicSource : Hydro-Québec


Matériel graphique faisant parti du domaine publicSource : Artic Climate Impact Assessment (ACIA), http://amap.no/acia

Les changements climatiques sont donc le résultat du réchauffement global de l'atmosphère terrestre, réchauffement dû à l'utilisation accrue de l'énergie fossile libérant des quantités de gaz à effet de serre s'accumulant dans l'atmosphère ce qui accentue le déséquilibre climatique. La température à la surface de la terre, par exemple, a augmenté d’environ 0,6°C depuis 1860.


Matériel graphique faisant parti du domaine publicSource : UNEP/GRID-Arendal, http://www.grida.no/climate/ipcc_tar/

« Les changements climatiques entraîneront sans doute plus de sécheresses et d’inondations, de fréquence et de durée accrues ». Pour en savoir plus, vous pouvez visitez ce site, entre autre.  


Matériel graphique faisant parti du domaine publicSource : UNEP/GRID-Arendal, http://www.grida.no/climate/ipcc_tar/

Source d'énergie

Les sources d'énergie n'ont pas nécessairement la même valeur d'un point de vue environnemental. Certaines sont considérées comme « propres », telle l'électricité, d'autres « polluantes », comme le pétrole. Il est important de retenir que les sources d'énergie sont réparties inégalement à travers la planète, ce qui donne lieu à des enjeux territoriaux importants, accentuant, dans certains cas, la dépendance énergétique d'un État par rapport à un autre. Le début du XXIe siècle a changé les données concernant la consommation énergétique en mettant en perspective une consommation énergétique de plus en plus grande à travers le monde (par exemple, la consommation accrue du pétrole avec l'émergence de la Chine et de l'Inde comme puissances économiques mondiales et l'augmentation du nombre et de la dimension des parcs automobiles dans les pays développés).