accueil | contactez-nous! | recherche

Compétence 1 : lire l'organisation d'un territoire. L'exemple de la Côte-Nord

Portait de situation : la Côte-Nord, une histoire naturelle

À l'est du Québec, sur la rive nord du Saint-Laurent, la Côte-Nord a d'abord été habitée par les pêcheurs et les bûcherons, qui vivaient des ressources naturelles abondantes. La découverte d'importants gisements miniers, au nord des rives du fleuve, a permis le développement d'une nouvelle économie, celle du fer et du titane. Sous le gouvernement de Maurice Duplessis, le minerai brut était exporté massivement par chemin de fer puis par bateau vers les centres industriels des Grands Lacs et de la côte est étasunienne. Toutefois, pour la région, les bénéfices demeuraient maigres. Qui décide de la valeur d'une ressource naturelle?

Hydro-Québec

Matériel graphique faisant parti du domaine publicSource : Denis Chabot, Le monde en images.

Des rivières d'électricité
C'est avec le développement de l'hydroélectricité que la Côte-Nord a pu voir son économie se consolider autour d'un atout majeur : son territoire est drainé par des dizaines de rivières fougueuses, qui coulent dans un arrière-pays pratiquement inhabité. Au début des années 1950, deux premières centrales sont aménagées sur la rivière Betsiamistes. Ce sont toutefois les spectaculaires barrages du complexe Manic-Outardes qui viendront définir la Côte-Nord comme étant le pays des titans, durant les années de la Révolution tranquille.

 

Transformer l'eau des rivières en rouleaux d'aluminium

La proximité de sources d'énergie, qui en assure le bas prix, a rapidement attiré vers la Côte-Nord une industrie de transformation particulièrement énergivore : celle de l'aluminium. Les alumineries multinationales comme Alouette, Alcoa et Reynold's offrent aujourd'hui aux populations de Baie-Comeau et de Sept-îles des emplois qui ont pris la relève des sources de revenus traditionnelles de la région. Cependant, l'exploitation des ressources minières et forestières conserve une part importante de l'économie nord-côtière qui demeure ainsi précaire, parce que toujours dépendante des marchés internationaux. Considère-t-on l'électricité comme une ressource naturelle?

Actuellement, outre les alumineries, ce sont les gouvernements qui emploient le plus de personnes sur la Côte-Nord. Le taux de chômage y demeure élevé, oscillant autour de 15%. Désabusés, les jeunes quittent massivement la région et le déficit migratoire est préoccupant.

Pylônes d'Hydro-Québec

Matériel graphique faisant parti du domaine publicSource : Denis Labine , Le monde en images.

Longtemps après la fin de la construction des barrages et la fermeture des grands chantiers générateurs d'emplois, les revenus de vente de l'électricité de la Côte-Nord n'alimentent plus directement son économie… Pendant que tout le Québec bénéficie de bas tarifs, la Côte-Nord reçoit-elle sa juste part en tant que région productrice? Les projets de construction de nouveaux barrages sur de nouvelles rivières pourraient peut-être renverser la situation, mais quel en serait le coût environnemental? Pour une région productrice, quelle est la réelle valeur de l'énergie?

Source : Encyclopédie de l'Agora

En savoir plus sur la Côte-Nord

La Côte-Nord en images

Cliquer sur les images pour les agrandir

Manic 2
Matériel graphique faisant parti du domaine publicSource : Le monde en images
Manic 5
Matériel graphique faisant parti du domaine publicSource : Le monde en images
Centrale Toulnustouc
Matériel graphique faisant parti du domaine publicSource : Le monde en images
Centrale Toulnustouc (vue d'ensemble)
Matériel graphique faisant parti du domaine publicSource : Le monde en images
Aluminerie
Matériel graphique faisant parti du domaine publicSource : Le monde en images