accueil | contactez-nous! | recherche

L'énergie : une dépendance conflictuelle et fonctionnelle

L'énergie, une dépendance conflictuelle

L'humanité carbure plus que jamais à l'énergie. Or, les plus grands consommateurs ne sont généralement pas les grands producteurs et leurs territoires respectifs sont souvent très éloignés géographiquement les uns des autres. Pendant que de plus en plus de territoires sont aménagés pour l'exploitation énergétique, alimentant la rogne des écologistes, le flux de transport de toute cette énergie sur de longues distances devient lui-même un enjeu géopolitique.

Cette situation entraîne des états de grandes dépendances de certains territoires vis-à-vis d'autres. Par exemple, les États-Unis, qui brûlent annuellement 25% de la production mondiale de pétrole, doivent importer 45% de leur consommation.

Cette dépendance devient si grande qu'elle occasionne des tensions politiques de plus en plus fortes. Ainsi, à l'échelle internationale, le pétrole est un enjeu majeur à l'origine de plus en plus de conflits.

Au Québec, à l'échelle régionale, l'énergie électrique oppose les régions productrices éloignées aux grands centres consommateurs: pour climatiser, chauffer et d'éclairer les grandes villes du sud de la province et du nord des États-Unis, on inonde les territoires amérindiens de la baie James et on arnache les rivières à saumons de la Côte-Nord. Pourrait-il en être autrement?

L'énergie, une dépendance fonctionnelle

Individuellement et collectivement, pouvons-nous aujourd'hui fonctionner sans électricité ou sans pétrole? Le chaos observé suite à la grande panne générale de l'été 2003 ou la commotion engendrée par la hausse du prix de l'essence montrent bien cette dépendance. Aussi, la recherche d'autonomie doit être envisagée à deux niveaux :

  • notre dépendance énergétique fait-elle de nous des captifs des grandes compagnies pétrolières ou des pays producteurs;
  • ne devrions-nous pas diversifier les sources d'énergie que nous utilisons afin de diminuer cette dépendance?

Matériel graphique sous licence Creative CommonsSource : Service national du RÉCIT de l'univers social

Vers une consommation plus responsable

La dépendance énergétique confronte l'humain à un autre problème, soit l'épuisement éventuel des sources d'énergie. Les combustibles fossiles ne sont pas renouvelables, et même l'eau des grands barrages, que l'on tenait pour acquise, commence à manquer. Selon la perspective du développement durable, des modes de gestion responsable des ressources énergétiques - comme la voiture hybride ou l'énergie éolienne - pourraient être considérés par les sociétés consommatrices. Les producteurs d'énergie ont-ils plus à perdre ou à gagner en adoptant une gestion durable de l'énergie ?


Matériel graphique sous licence Creative CommonsSource : Service national du RÉCIT de l'univers social

 

Centrale thermique de Tracy

Matériel graphique faisant parti du domaine publicSource : Denis Chabot / Le monde en images

L'écosystème planétaire en péril dans un monde toujours en développement
L'environnement se trouve considérablement bouleversé par les activités de production et de consommation d'énergie. Depuis le premier Sommet de la Terre, en 1992 à Rio, jusqu'à la signature du récent Protocole de Kyoto sur les gaz à effet de serre, les nations du monde s'entendent pour tenter de freiner le réchauffement de la planète.

Toutefois, les engagements qui sont pris demeurent minimaux, et toutes les nations n'y sont pas assujetties - les États-Unis ont même refusé de signer l'entente ! Le monde occidental, qui réclame la préservation de l'environnement, peut-il imposer aux pays en voie de développement les mêmes mesures, contraignantes et coûteuses, auxquelles il se soumet ? Par exemple, au nom de l'environnement, est-il légitime de limiter le nombre de voitures que les 1,3 milliards de Chinois pourront bientôt se procurer ?


Matériel graphique sous licence Creative CommonsSource : Service national du RÉCIT de l'univers social