accueil | contactez-nous! | recherche

Les concepts

Les concepts liés au territoire urbain et aux métropoles

Ces définitions s'adressent d'abord aux enseignants

Le territoire urbain
Les métropoles

Aménagement

Aménager un territoire, c'est organiser et rééquilibrer un espace afin de le rendre plus cohérent et de le mettre en valeur selon des objectifs prévus. En géographie, l'aménagement d'un territoire est un acte planifié qui répond à diverses motivations et qui doit prendre en compte les différentes échelles de l'espace. Dans les faits, toutefois, cette vision globale ou holistique de l'espace fait souvent défaut aux aménageurs. Autrement dit, ce n'est pas parce qu'on prétend aménager le territoire qu'on fait du bon travail.

Le géographe Sylvain Lefebvre, professeur à l'UQAM, résume la teneur fondamentale du concept de l'aménagement en géographie en écrivant : « Aménager le territoire est un acte qui répond à des besoins d'organisation, de répartition, d'équilibre, de développement et de contrôle des populations, des fonctions et des ressources ».

Source : Lefebvre, S., Aménagement et planification territoriale, notes de cours GEO8291, Université du Québec à Montréal, 2000.

Banlieue

Espace urbain constitué par les municipalités environnant une ville-centre et qui y aura éventuellement été physiquement rattaché par l'extension de l'urbanisation. Les banlieues s'inscrivent donc dans une trame urbaine continue par rapport à une ville-centre, tout en conservant leur autonomie politique. L'espace constitué par la ville-centre et sa banlieue est appelé l'agglomération urbaine.


  Matériel graphique sous licence Creative CommonsService national du RÉCIT de l'univers social

C'est un terme qui demeure très large. Il existe en effet plusieurs types de banlieues qui sont distingués selon diverses caractéristiques : l'éloignement du centre, la vocation, le type de planification et d'aménagement, etc. Également, le terme banlieue évoque un espace différent selon les cultures. Pour un Montréalais, la banlieue suggère surtout des quartiers résidentiels dont les maisons unifamiliales sont habitées par la classe moyenne. En France, le terme banlieue désigne des zones résidentielles pauvres caractérisées par de grands immeubles d'habitations à loyer modique , souvent habités par la population immigrante. Parce que les bidonvilles sud-américains sont aussi des banlieues au sens propre, nous préféreront généralement le terme périphérie pour désigner les ceintures d'extension d'une ville-centre.

Concentration

Phénomène de regroupement en densité très forte de la population ou encore de certaines fonctions de gestion d'un territoire en un nœud ou un centre donné. On pense par exemple aux grandes villes dites macrocéphales, telles que Paris en France (Paris et le désert français). Les grandes métropoles sont par définition des lieux de concentration des populations, des activités et des services.

 

 

Densité

La densité brute, la plus commune, est le résultat de la division du nombre d'individus qui habitent un territoire donné par sa superficie. Dans les cas particuliers de territoires très inégalement peuplés (comme celui du Canada, par exemple) il est toutefois plus juste d'utiliser la densité nette, obtenue en calculant le nombre d'habitants pour la superficie réellement habitée d'un territoire. Dans les deux cas, on parle généralement de nombre d'habitants par kilomètre carré (km2).

À titre d'exemple, les zones rurales canadiennes ont une densité de moins de 10 habitants au km ², contrairement aux centres des grandes villes qui peuvent atteindre des densités de plus de 50 000 habitants par km².

Étalement urbain

Phénomène de l'extension continue des espaces périurbains au détriment des espaces ruraux. Surtout observable en Amérique du Nord, ce phénomène est favorisé par le développement des réseaux routiers et l'usage de l'automobile. Il est surtout caractérisé par une plus faible densité de ses fonctions urbaines (la ville s'étale au lieu de concentrer ses fonctions, ce qui est normalement le propre d'une ville).

Urbanisation

Processus par lequel un espace rural devient urbain, suite à l'accroissement de la population d'une ville et/ou à l'étalement urbain. Ce processus peut être planifié ou spontané.

Métropole

Selon le Dictionnaire de la Géographie, le terme métropole fait parti d'un concept plus global lié aux hiérarchies urbaines.

Ainsi, « la ville constitue une réalité diffuse derrière laquelle se cachent de grandes disparités. Les hiérarchies urbaines sont complexes : il existe de nombreux intermédiaires entre les grandes villes et les cités minuscules. Les plus grandes villes sont les mégalopoles (ou macropoles) En prenant pour base le seuil de huit millions d'habitants, 22 à 25 agglomérations géantes peuvent, aujourd'hui, être considérées comme des mégalopoles.

Ces cités sont parfois intégrées dans des mégalopoles et sont toutes des métropoles, c'est-à-dire des lieux de commandement de vastes espaces. Ce sont également très souvent des capitales (ville où siège le gouvernement d'un État) »

Source : Baud, P., S. Bourgeat, et C. Bras, Dictionnaire de la Géographie, Hatier, 1997.

Si on se réfère à l'histoire étymologique du terme métropole, on arrive à la définition suivante tirée du Dictionnaire historique de la langue française du Robert : « Métropole est un nom d'emprunt (XIIIe - XIVe siècles) au bas latin metropolis, capitale d'une province (IVe siècle), ville d'un siège épiscopal (avant 420) et métropolite (VIe siècle). Le latin est pris au grec mêtropolis littéralement ville-mère, de mêtêr, métros- mère de la même racine que le latin mater - mère et polis - ville, police, politique. Mêtropolis a pris la valeur de ville qui a fondé ou colonisé d'autres villes et ville principale, capitale. Le mot a été introduit en administration religieuse avec le sens de ville ayant un siège épiscopal (…). Depuis 1701, métropole désigne une grande ville de province, quelquefois avec le sens figuré de centre le plus important de […] Il désigne aussi l'État considéré par rapport avec ses colonies (1748, Montesquieu) à des territoires extérieurs (on recourt parfois à son équivalent mère patrie) ».

Selon Le Petit Druide des synonymes, une des entrées pour métropole est « ville et sa banlieue, agglomération, communauté urbaine, conurbation, district urbain, mégalopole, zone urbaine ».

Bidonville

Les bidonvilles sont associés aux espaces périphériques (banlieue). Voici la description que l'on fait du concept dans le Dictionnaire de la Géographie : « Dans le tiers-monde, les espaces périphériques sont parfois des sites occupés par des bidonvilles. Ce sont des espaces défavorisés dont les habitations sont construites à partir des matériaux de récupération. Ils prennent des noms très variés selon les pays : asentamientos ou cantegriles en Amérique latine, favelas au Brésil, barriadas au Pérou, slums ou bustees en Inde, djebels ou gourbis au Maghreb. Ils forment des zones d'habitat spontané ou zones d'habitat sous-intégré. À noter que les bidonvilles les plus anciens finissent souvent par ressembler à de véritables quartiers en connaissant un processus de consolidation qui s'effectue grâce à l'enracinement de certains de leurs occupants qui, ayant par exemple trouvé un travail, ne souhaitent plus quitter les lieux mais cherchent plutôt à les valoriser ».

Tirée du Dictionnaire historique de la langue française du Robert , la définition suivante donne une idée de l'origine de ce concept : « Bidon au sens concret, en se soudant à ville a donné bidonville employé d'abord (1953) en parlant des agglomérations de fortune au Maroc. Ce composé a pu utiliser le sémantisme lié au nom propre Bidon V (cinq) donné dans les années 1930 à une étape saharienne. Ce mot, chargé d'une signification sociologique et politique très dense, signifie groupement misérable et insalubre d'habitations de fortune souvent à la périphérie ou dans certains quartiers de grande ville ».

Croissance

Selon le Dictionnaire de la Géographie, le terme croissance est : « l'augmentation soutenue et durable de la production industrielle, des investissements, des revenus et de la consommation [ …] La croissance n'est pas seulement économique et s'accompagne de changements sociaux et spatiaux. Elle suppose bien des mutations structurelles importantes qui en font parfois un préalable au développement ». Dans les cas de l'angle d'entrée et du concept central, il faut associer la croissance à une augmentation de la superficie des villes liée à la croissance démographique et à l'augmentation des activités socio-économiques entraînant ainsi des changements spatiaux.

Multiethnicité

Dans le Dictionnaire historique de la langue française du Robert, le mot désigne « un ensemble d'individus qui ont et partagent un certain nombre de caractères de civilisation, notamment linguistiques ». Bien que la multiethnicité ne soit pas qu'un phénomène urbain, 88 % des immigrants vivaient en ville plutôt qu'à la campagne en 1996 au Canada. De plus, les groupes ethniques ont tendance à se concentrer géographiquement dans quelques quartiers. Le quartier chinois de Montréal illustre bien ce phénomène.

Cette diversité ethnique se manifeste dans une métropole aux niveaux des choix alimentaires, vestimentaires, musicaux, de divertissements, etc. Elle peut aussi amener des phénomènes d'exclusion.

Le visage multiethnique de Montréal
http://ville.montreal.qc.ca/portal/page?_pageid=1638,1989609&_dad=portal&_schema=PORTAL

Déséquilibre

Le concept de déséquilibre peut être vu sous l'angle du niveau de développement. Dans les grandes villes des pays du monde occidental ou des pays en voie de développement, les plus riches de ce monde côtoient les plus pauvres. Manhattan et Harlem sont de bons exemples à New York. Dans les pays en voie de développement, la population des bidonvilles représente parfois de 30 à 90% de la population urbaine et on y vit des problèmes d'approvisionnement en eau et en énergie. Dans ces pays, l'écart entre riches et pauvres est encore plus marqué.

Le déséquilibre peut être aussi abordé sous l'angle de la concentration de la population sur un territoire donné. Au Québec, la moitié de la population vit dans la grande région de Montréal. La métropole étant le cœur économique, social et culturel du pays, le pouvoir politique y concentre souvent ses efforts et ses actions au détriment des régions.