accueil | contactez-nous! | recherche

Territoire à l'étude : Montréal - Compétence 2

Les enjeux d'une métropole

Se déplacer

À pied, à vélo, à mobilette, en voiture, en taxi, en transport en commun et même par traction animale, les citoyens des métropoles utilisent différents moyens pour se déplacer dans leur ville. La concentration des activités et des services diminue théoriquement les distances à parcourir. Toutefois, divers facteurs influencent les temps de déplacement à l'intérieur d'une grande ville : l'efficacité du réseau de transport en commun, la qualité du réseau routier, l'engorgement à divers moments de la journée.

De plus, les résidents n'ont pas tous la même accessibilité aux moyens de transport. Tous ne possèdent pas de voiture personnelle et tous ne résident pas à proximité des grands axes du transport collectif.

Ajouté à cela, le transport commercial par camionnage occupe le réseau routier de façon intensive, embourbant les grands axes durant les heures de pointe et accélérant la dégradation de la chaussée.

La grande majorité des habitants des métropoles doit pourtant se déplacer quotidiennement, pour le travail, pour les études ou pour les loisirs. De l'efficacité de ces déplacements dépendent la vigueur économique d'une ville et la qualité de vie de ses habitants.

Particularités montréalaises
Pratique à une époque où se défendre était une priorité, l'insularité de la ville complique aujourd'hui la vie des résidents de la région métropolitaine, la traversée des ponts apparaissant comme un enjeu majeur du réseau de transport terrestre. L'étalement urbain, le développement des banlieues et l'accès facilité à la voiture personnelle imposent un poids sans cesse grandissant au réseau routier de la métropole. La construction de nouveaux ponts alimente par ailleurs régulièrement les débats entre les partisans de l'automobile et les défenseurs des transports collectifs. Le récent débat sur le réaménagement du boulevard Notre-Dame, dans le sud-est de la ville, ainsi que le prolongement du métro vers la banlieue nord (Laval), sont des exemples qui illustrent l'enjeu du déplacement des populations périurbaines.

L'automobile occupe une place majeure dans l'organisation spatiale d'une métropole. En plus du réseau routier lui-même, les espaces de stationnement et les stations d'essence utilisent un espace précieux. Ce même essence qui, une fois brûlé, compromet la qualité de l'air de la ville, contribuant à la formation du smog et, plus globalement, au réchauffement de la planète.

Cartes thématiques
Cliquer sur les images pour les agrandir

L'utilisation du transport en commun pour aller au travail sur l'île de Montréal en 1996

L'utilisation du transport en commun pour aller au travail sur l'île de Montréal en 1996

Matériel graphique faisant parti du domaine publicSource : Cartothèque de la ville de Montréal

L'utilisation de l'automobile pour aller au travail sur l'île de Montréal en 1996

L'utilisation de l'automobile pour aller au travail sur l'île de Montréal en 1996

Matériel graphique faisant parti du domaine publicSource : Cartothèque de la ville de Montréal

Cliquer sur l'image pour l'agrandir

Carte du métro de Montréal

Matériel graphique ne pouvant être reproduits sans en demander les droits à l'auteurSource : Société de transport de Montréal

Calculer le temps de déplacement en transport en commun!

Matériel graphique faisant parti du domaine publicSource : Google Maps

Cliquer sur l'image pour l'agrandir

De la maison au travail...Pourcentage de la population active selon le mode de transport pour se rendre au travail à Montréal

Matériel graphique faisant parti du domaine publicSource : Statistique Canada et Service national du RÉCIT de l'univers social

 

Montréal en images
Cliquer sur les images pour les agrandir

Trafic sur l'autoroute 40 à Montréal

Matériel graphique faisant parti du domaine publicSource : Denis Chabot / Le Québec en images / 2412

Grand axe routier :l'autoroute Décarie

Matériel graphique faisant parti du domaine publicSource : Département de géographie du Collège de Maisonneuve / Le Québec en images / 6768

Le métro de Montréal

Matériel graphique faisant parti du domaine publicSource : Denis Labine / Le Québec en images / 976

Le pont Jacques-Cartier

Matériel graphique faisant parti du domaine publicSource : Denis Chabot / Le Québec en images / 799

Feux de circulation à Montréal

Matériel graphique faisant parti du domaine publicSource : Ginette Laurendeau

Se déplacer à Montréal : les enjeux

Réussir à se loger

 

À Montréal, jusqu'à tout récemment, trouver un logement était plutôt facile et les loyers demeuraient abordables. Le fort taux d'inoccupation des logements favorisait ainsi les locataires. Depuis quelques années, toutefois, la tendance s'est inversée : les logements sont de plus en plus rares et de plus en plus chers, plus particulièrement dans les quartiers centraux. La transformation des appartements locatifs en copropriétés (condominiums), le ralentissement de la construction de nouveaux logements locatifs et l'exode des populations des régions vers la métropole expliquent en partie cette crise du logement à Montréal. Le phénomène de l'embourgeoisement est également en cause, mais son impact est difficile à cerner. Pourrait-il en découler une mixité sociale souhaitable ?

La densité moyenne de population sur le territoire de Montréal est de 3700 habitants par km². La densité de certains quartiers est cependant beaucoup plus forte, allant jusqu'à des taux de 60 000 habitants par km², parmi les plus élevés en Amérique du Nord. Phénomène particulier, 38 % des ménages montréalais sont pourtant constitués d'une personne vivant seule.

Logement et pauvreté
Près du 2/3 des Montréalais sont locataires du logement qu'ils habitent. Du nombre, 37% des locataires consacrent plus de 30% de leurs revenus à leur logement, ce qui est considéré comme un signe de pauvreté. La rareté des logements et leurs prix de plus en plus élevés amènent par ailleurs les populations à réclamer l'aide des gouvernements sous forme de logements sociaux (HLM). Des organismes communautaires, le FRAPRU en tête, forcent d'ailleurs les gouvernements à en faire des engagements électoraux.

Carte thématique

Valeur moyenne des logements en 2001

Valeur moyenne des logements en 2001 (page 15 du document pdf)

Matériel graphique faisant parti du domaine publicSource : Cartothèque de la ville de Montréal

Se loger à Montréal en chiffres

La « crise du logement » à Montréal

Montréal en images
Cliquer sur les images pour les agrandir

Infrastructure d'une métropole : un aéroport

Matériel graphique sous licence Creative CommonsSource : Caribb / Flickr

Infrastructure d'une métropole : voie de chemin de fer

Matériel graphique faisant parti du domaine publicSource : Denis Chabot / Le Québec en images / 2287

Le plateau Mont-Royal : un quartier très recherché de Montréal

Matériel graphique faisant parti du domaine publicSource : Victoria N.B. Kayser / Le Québec en images / 25613

Infrastructure d'une métropole : l'énergie

Matériel graphique faisant parti du domaine publicSource : Denis Chabot / Le Québec en images / 5869

 

Gérer les déchets

Télé-QuébecIl va sans dire qu'une forte concentration de population génère de grandes quantités de déchets. À Montréal, chaque citoyen produit en moyenne une demi-tonne de déchets par année. Là dessus, selon les responsables de la collecte des déchets à la Ville de Montréal, 48 % seraient des matières recyclables et 35 % seraient des matières compostables. C'est donc dire que la quantité d'ordures ramassée pourrait être réduite de 80 %!

Traiter les déchets
Cliquer sur l'image pour l'agrandir Qu'advient-il des déchets ramassés? Doit-on favoriser leur incinération ou leur enfouissement? À Montréal, il n'existe plus d'incinérateur depuis plusieurs années : tous les déchets sont enfouis, dont la majeure partie sur l'île même. Le complexe environnemental Saint-Michel, une ancienne carrière, reçoit ainsi plus d'un million de tonnes de déchets par année, à partir desquels on produit de l'électricité, par la collecte des biogaz (gaz de décomposition). Le reste des déchets générés dans la métropole est acheminé dans d'autres sites d'enfouissement, situés en périphérie (voir schéma ci-contre).

Pas dans ma cours, mais dans les bacs verts!
Évidemment, ce déplacement des déchets engendre le mécontentement des résidents des municipalités qui les reçoivent. Chaque projet d'agrandissement ou de création de sites d'enfouissement soulève la colère des populations concernées. Quelle solution reste-t-il pour l'élimination des déchets montréalais?

Depuis plusieurs années déjà, la ville de Montréal a entrepris des programmes favorisant le recyclage et le compostage des déchets. Les résidus recyclables triés sont ramassés porte-à-porte chaque semaine, pour un total annuel moyen de 150 kilos par personne.

Outre le recyclage, la réduction à la source et le réemploi sont des moyens efficaces de diminuer la quantité de déchets produits. Une métropole comme Montréal peut-elle jouer un rôle dans la mise en valeur de telles mesures?

Montréal en images
Cliquer sur les images pour les agrandir

Chargeur au travail sur un tas de déchets

Matériel graphique faisant parti du domaine publicSource : Denis Chabot / Le Québec en images / 9065

Centre de tri

Matériel graphique faisant parti du domaine publicSource : Ville de Montréal

Le bac vert

Matériel graphique faisant parti du domaine publicSource : Ville de Montréal

La collecte des déchets

Matériel graphique faisant parti du domaine publicSource : Ville de Montréal

Écoquartier : distribution de bacs verts

Matériel graphique faisant parti du domaine publicSource : Ville de Montréal

Conteneur à déchets

Matériel graphique faisant parti du domaine publicSource : Ginette Laurendeau

Recyclage et réemploi (boutique de vêtements usagés)

Matériel graphique faisant parti du domaine publicSource : Ginette Laurendeau

 

Le recyclage

La gestion des déchets: les enjeux