accueil | contactez-nous! | recherche

Le TBI/TNI en univers social

Vous nous dites TBI?

Nous pensons à une page blanche grand format que l’on peut facilement garnir de ce que l’on veut: textes, dessins à main levée, images, vidéos, hyperliens. Ces pages blanches sont disponibles à volonté et peuvent être sauvegardées et modifiées à nouveau, au besoin. Les outils qui permettent ces manipulations et ces ajouts sont simples, offerts soit par le logiciel de présentation du TNI ou par une autre application, qu’elle soit en ligne ou locale.

En effet, les TBI/TNI n’ont pas nécessairement besoin d’être utilisés avec leur logiciel de présentation pour être pertinents en classe. Ils peuvent être utilisés pour naviguer sur Internet ou avec d’autres types d’applications, comme Google Earth ou La ligne du temps. Puisqu'on y manipule directement les informations, que l'on peut facilement les annoter au besoin, les TNi ont leur place parmi la variété d’outils permettant aux enseignants et aux élèves de diversifier leur façon d’enseigner et d’apprendre.

Ce dossier a pour but de vous présenter les approches pédagogiques impliquant le TBI-TNI qui nous paraissent les plus efficaces, non seulement en univers social mais aussi dans d’autres domaines.

Le point de vue du Récit de l’univers social



Bien qu’il occupe actuellement une place importante dans les préoccupations des professionnels du monde de l’éducation, nous considérons le TBI/TNI comme un outil TIC au même titre que les autres. Nous ne pressentons pas le tableau interactif comme étant une révolution pédagogique, mais simplement comme un périphérique qui a sa place en classe dans la mesure où l’enseignant dispose du temps nécessaire pour s’y adapter et en saisir le potentiel par le biais de formations adéquates.



Parce qu’il est dans notre mandat de partager notre expertise avec le réseau et de soutenir les enseignants dans leur appropriation des TIC, nous proposons cette mise à jour de notre dossier sur ces objets en voie d’apparition dans nos écoles. Ce dossier, qui en est à sa deuxième version, est le fruit de plusieurs heures de réflexion, de discussion, d’expérimentation et de collaboration avec nos collègues du RÉCIT. Les idées pédagogiques et les exemples proposés ont été validés avec des enseignants et des conseillers pédagogiques lors de nombreuses journées de formation. Bien que longuement mûri, le contenu de ce dossier demeure évidemment perfectible et se trouve dans les faits régulièrement remis en question.



Enfin, rappelons que nous croyons que les enseignants devraient avoir le choix de leurs outils pédagogiques. Un TBI/TNI? Peut-être. Des appareils mobiles? Pourquoi pas. Des ordinateurs portables? Certainement.

* TBI ou TNI ? L’appellation TBI (pour Tableau Blanc Interactif) a été utilisée dans la francophonie depuis l’apparition de l’outil et demeure la plus courante en Europe. Depuis le début de 2012, toutefois, le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport  a adopté l’appellation TNI (pour Tableau Numérique Interactif), qu’il a jugé plus adéquate. Puisqu’elle n’est pas encore bien intégrée dans le vocabulaire des intervenants du milieu, et dans un soucis d’universalité, nous continuons à utiliser l’acronyme TBI conjointement avec TNI, même si cela alourdit légèrement le texte.

 

Une approche systématique de l’outil


En quoi, exactement, le TBI/TNI offre-t-il de nouvelles possibilités pédagogiques? Quelle est sa pertinence en tant qu’outil éducatif?

Ces questions nous ont animés tout au long de l’élaboration de ce dossier, notre curiosité professionnelle bientôt rattrapée par une évidence: les TBI sont parmi nous, quoi qu’on en pense. Dans cette perspective, aussi bien se demander simplement: “comment tirer le meilleur des TNI”, sur les plans didactique et pédagogique.



C’est ainsi que nous avons imaginé une structure pour nous guider tant dans la création de nos exemples d’activités que dans l’analyse d’activités déjà proposées. Cette approche est inspirée de la stratégie Tableau-Bureau-Cerveau, proposée par le NCETM et reprise par Jocelyn Dagenais et le RÉCIT des MST. Elle se résume de cette façon:
 

L’idée étant de se préoccuper, lors de la préparation d’une activité, non seulement de ce qui se passe au tableau, mais aussi au bureau et dans la tête des élèves. Sont-ils actifs? Créatifs? Manipulent-ils les technologies? Que sont-ils en train d’apprendre, et comment? Au tableau, le format d’activité choisi est-il optimal, et que permet-il pédagogiquement? Cette approche systématique est décrite tout au long de ce dossier, dont elle constitue en fait la structure.